Genesis : le concept automobile qui repose sur l’impression 3D

C’est au dernier salon de l’automobile de Genève que l’entreprise allemande EDAG a officiellement présenté un concept automobile révolutionnaire basé sur le principe de l’impression 3D.

Lors du salon automobile de Genève, le stand de la société allemande d’ingénierie EDAG a attiré de nombreux visiteurs. Le véhicule qu’elle y présentait avait des lignes révolutionnaires à mi-chemin entre un petit vaisseau spatial et une très grande chaussure ajourée. Baptisé Genesis, ce véhicule étonnant introduit un nouveau concept automobile reposant sur la technologie de l’impression 3D. Elle préfigure les bouleversements futurs auxquels seront soumis le secteur automobile et plus généralement, toute la production industrielle.

edag-genesis-geneve-2

La Genesis est dotée d’une structure monocorps ; or aujourd’hui, aucune machine d’usine traditionnelle ne peut produire une telle pièce en un seul bloc. Pour y parvenir, EDAG a largement puisé dans la technologie d’impression 3D. Cette technique ouvre de larges perspectives en termes de gain de productivité et de créativité artistique.

edag-genesis-geneve-1

Le design de la Genesis s’inspire de la forme de la tortue. Ce prototype de véhicule est doté d’une coquille de protection s’intégrant à une structure solide en aluminium. Si la société EDAG évalue toujours la méthode la plus adaptée pour fabriquer un tel véhicule (modélisation par dépôt de matière en fusion, frittage laser sélectif, fusion laser sélective, stéréo lithographie…), il semble bien que les ingénieurs, les concepteurs et les industriels privilégient la modélisation 3D par dépôt de matière en fusion (FDM). Les raisons principales sont les coûts de production très faibles et une grande liberté dans les dimensions des pièces et dans leur forme.

La Genesis constitue donc un prototype très avancé de ce projet puisqu’elle a été fabriquée de cette manière.

via hitek.fr

Dans la même catégorie


Discussion

  1. says

    etes vous bien sur que les ingénieurs et autres de cette entreprise misent sur le procédé FDM ? car en ayant vu la qualité d’impression de leur prototype, il semble clairement impossible qu’ils ai utilisé le FDM comme procédé, si c’était bien le cas on verrai les strates d’impression, ce qui n’est pas le cas… Merci de répondre 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *